ISSN : 2708-7743 (print), eISSN : 2708-5422
eISSN : 2708-7743 (print) 2708-5422 || REVUE AFRICAINE D'ENVIRONNEMENT ET D'AGRICULTURE - REVUE FRANCOPHONE INTERUNIVERSITAIRE EN LIBRE ACCES - OPEN ACCESS - N° DEPÔT LEGAL JL 3.01807 -57259

A PROPOS

La Revue Africaine d’Environnement et d’Agriculture est placée sous l’autorité scientifique du Comité de Rédaction et sous l’autorité administrative des ASBL CABD (Centre d’Assistance des Communautés de Base pour le Développement Durable), GERADIB (Groupe d’Etudes et de Recherches Agropastorales pour le Développement de Bandundu) et SOFT AFRICA.

Le Comité de rédaction
Utiliser cet identifiant pour citer ou créer un lien vers cet article : https://?pages=article&id=91
Titre :  Effet de microcrédit de campagne sur la performance économique des cacaoculteurs en Côte d’Ivoire
Auteur(s):  Martin YOLI Bi Sani
Mots-clés : 
Date de publication   2020-12-12 16:01:28
Resumé :  Description du sujet.La culture de cacaoyer (Theobroma cacao L.) est la principale activité agricole de la Côte d’Ivoire faisant de celle-ci, le premier producteur mondial avec 40 % de l’offre. Cependant, l’une des difficultés majeures est le financement de nombreuses plantations familiales cacaoyères qui pourrait compromettre la durabilité du système de production. Exclus du système financier classique, certains cacaoculteurs utilisent le microcrédit de campagne pour améliorer leur production.
Objectif. La présente étude vise à évaluer l’effet du microcrédit de campagne sur la performance économique des cacaoculteurs et à analyser l’efficacité ainsi que la durabilité de cette activité.
Méthodes. Les données ont été collectées sur un échantillon aléatoire de 298 cacaoculteurs à l’Ouest de la Côte d’Ivoire. Les modèles de régressions frontières stochastiques de production et de la fonction de coût ainsi que le modèle de régression Tobit ont été utilisés.
Résultats. Les résultats obtenus ont montré que les moyennes d’efficacité technique, d’efficacité allocative et d’efficacité économique étaient respectivement de 52,00 %, 62,25 % et 32,34 % pour l’ensemble des cacaoculteurs. Le microcrédit de campagne n’a pas d’effet sur la performance des producteurs de cacao. Il n’est pas utilisé pour intensifier la production car ne représente en moyenne que 5,60 % du coût total de production.
Conclusion. L’application effective de bonnes pratiques, la création d’un fonds de garantie pour faciliter l’accès au crédit des sociétés coopératives auprès des institutions de microfinance et des banques classiques sont des éléments à prendre en compte pour la durabilité de la culture de cacaoyer dans la région. Des études ultérieures devraient examiner le rôle des coopératives agricoles dans le maintien de la production durable et analyser les aspects liés à la certification du cacao.

Mots-clés : Microcrédit, efficacité économique, cacaoculture, frontière stochastique, Ouest Côte d’Ivoire
Editeur :  RAFEA
URI:  https://?pages=article&id=91
Document pour cet article:
Fichier Description Taille Format  
ARTICLE-RAFEA OPEN ACCESS 600 ko Adobe PDF Lire article