ISSN : 2708-7743 (print), eISSN : 2708-5422
eISSN : 2708-7743 (print) 2708-5422 || REVUE AFRICAINE D'ENVIRONNEMENT ET D'AGRICULTURE - REVUE FRANCOPHONE INTERUNIVERSITAIRE EN LIBRE ACCES - OPEN ACCESS - N° DEPÔT LEGAL JL 3.01807 -57259

A PROPOS

La Revue Africaine d’Environnement et d’Agriculture est placée sous l’autorité scientifique du Comité de Rédaction et sous l’autorité administrative des ASBL CABD (Centre d’Assistance des Communautés de Base pour le Développement Durable), GERADIB (Groupe d’Etudes et de Recherches Agropastorales pour le Développement de Bandundu) et SOFT AFRICA.

Le Comité de rédaction
Utiliser cet identifiant pour créer un lien vers cet article : https://?pages=article&id=251
Titre :  Consommation des produits à base des plantes médicinales et recourt à la médecine traditionnelle à Lubumbashi : Motivations et reproches
Auteur(s):  François Ntumba Ndaye, Salvius Bakari Amuri, Moise Kalambaie, John Tshomba Kalumbu, Laurent Kabala Kazadi, Jules Nkulu Mwine Fyama
Mots-clés:  Soins médicaux, produits traditionnels, perception des consommateurs, Lubumbashi
Date de publication   2023-12-30 19:20:55
Resumé :  Description du sujet. Les produits à base des plantes s’emploient comme remèdes contre plusieurs maladies à Lubumbashi. Mais la fréquence de leur usage reste méconnue dans cette ville où l’offre informelle et clandestine des soins s’impose dans le choix des traitements.
Objectifs. L’objectif de l’étude est d’évaluer le niveau de consommation des plantes médicinales et la perception qu’en font les consommateurs. Spécifiquement, il s’agit de déterminer la fréquence d’usage, d’identifier les maladies fréquentes, de relever les motivations et les reproches sur les remèdes traditionnels.
Méthodes.Une enquête à l’aide d’un questionnaire a été organisé sur un échantillon de 329 ménages répartis dans 10 quartiers de la ville de Lubumbashi et au village Sambwa. Les informations correspondant aux objectifs ont été collectées et analysées.
Résultats.Après analyse descriptive des données, il ressort que 73,0 % des ménages ont déjà fait usage des plantes ou recouru chez les tradipraticiens dont 26,0 % à une fréquence rare, 36,0 % quelques fois et 11,0 % souvent. Ces produits sont appliqués contre les maladies hémorroïdaires (69,5 %), l’hernie inguinale (50,8 %), la dysenterie amibienne (31,4 %), les troubles érectiles (40,2 %), les infections génitales urinaires (42,4 %), le diabète (24,6 %), etc. Leur choix était motivé essentiellement par l’efficacité (55,6 %) et l’accessibilité (21,6 %). Cependant, malgré leurs préférences, les consommateurs décrient la faible maitrise de l’asepsie et la posologie 92,0 % ; le tâtonnement (84,0 %) qui caractérisent les pratiques médicales traditionnelles.
Conclusion : Etant donné son ancrage populaire, l’accès sécurisé aux soins de santé par les plantes, nécessite la mise en place des lois rigoureuses, l’organisation et la formation des prestataires traditionnels pour éviter les risques d’usage et garantir la sécurité des consommateurs.
Editeur :  RAFEA
DOI :  https://dx.doi.org/10.4314/rafea.v6i4.9
Document pour cet article:
Fichier Description Taille Format  
ARTICLE-RAFEA OPEN ACCESS 690 ko Adobe PDF Lire article