ISSN : 2708-7743 (print), eISSN : 2708-5422
eISSN : 2708-7743 (print) 2708-5422 || REVUE AFRICAINE D'ENVIRONNEMENT ET D'AGRICULTURE - REVUE FRANCOPHONE INTERUNIVERSITAIRE EN LIBRE ACCES - OPEN ACCESS - N° DEPÔT LEGAL JL 3.01807 -57259

A PROPOS

La Revue Africaine d’Environnement et d’Agriculture est placée sous l’autorité scientifique du Comité de Rédaction et sous l’autorité administrative des ASBL CABD (Centre d’Assistance des Communautés de Base pour le Développement Durable), GERADIB (Groupe d’Etudes et de Recherches Agropastorales pour le Développement de Bandundu) et SOFT AFRICA.

Le Comité de rédaction
Utiliser cet identifiant pour citer ou créer un lien vers cet article : https://?pages=article&id=185
Titre :  Effets de doses des fèces humaines et de l’engrais minéral sur le rendement et le taux de protéines du maïs (Zea mays L.) à Kolwezi dans la province du Lualaba en République Démocratique du Congo
Auteur(s):  Georges Kapele Kanyimbu, Alain Kitabala Misonga, Michel Mazinga Nkwey
Mots-clés :  Fèces humaines, variation, pédoclimatiques, teneur en protéines, Kolwezi.
Date de publication   2022-07-09 02:19:38
Resumé :  Description du sujet. A Kolwezi, la pauvreté des sols couplée à la cherté des engrais chimiques ne permettent pas d’optimaliser la productivité de la culture du maïs. Il est donc urgent de tester des approches peu onéreuses de fertilisation, ainsi les fèces par leur disponibilité et richesse en nutriments seraient une ressource localement valorisable en maïsiculture.
Objectifs. Cette étude a pour but d’évaluer les effets de fèces humaines sur le rendement et la teneur en protéines de deux variétés de maïs cultivées à Kolwezi. Spécifiquement, il est question de déterminer la dose optimale de fèces humaines pour un rendement optimal ainsi qu’une bonne teneur en protéines dans les conditions de Kolwezi.
Méthodes. L’essai a été disposé en split-block à 3 répétitions avec deux variétés de maïs (Babungo et Unilu) et quatre doses de fèces humaines (exposées au soleil pendant 6 mois et mélangées à la cendre) (10, 20, 30 et 50 t.ha-1) comparées à un témoin non fertilisé et à la dose minérale de référence (300 kg NPK + 250 kg Urée) utilisée par les paysans.
Résultats. Moyennant un compost, les fèces humaines seraient une ressource locale valorisable en maïsiculture. Appliquées au sol, les fèces humaines ont amélioré considérablement la productivité du maïs ainsi que la teneur en protéines au même titre que la fertilisation minérale.
Conclusion. La variété Unilu qui répond mieux à la fertilisation organique avec un rendement de 4,1 t.ha-1 et une teneur en protéines de 8,94 % à la dose de 30 t.ha-1 de compost de fèces humaines serait recommandable.
Editeur :  RAFEA
URI:  https://?pages=article&id=185
Document pour cet article:
Fichier Description Taille Format  
ARTICLE-RAFEA OPEN ACCESS 512 ko Adobe PDF Lire article