Analyse socioéconomique de la cueillette de Gnetum africanum L. dans le secteur de Mateko en République Démocratique du Congo

RESUME

Une enquête sur Gnetum africanum a été réalisée dans le secteur de Mateko, territoire d’Idiofa, Province du Kwilu en RDC, du 12 octobre au 17 décembre 2016. L’enquête a été réalisée auprès de 93 ménages de cinq villages du secteur de Mateko, choisis de façon aléatoire. Les résultats obtenus ont montré que l’abattage d’arbres servant de support au Gnetum africanum, la cueillette des feuilles, l’arrachage de la plante entière avant le prélèvement des feuilles et la coupe de la partie supérieure de la plante, sont les modes de cueillette les plus couramment pratiqués par les enquêtés. Ces pratiques de cueillette non durables compromettent l’exploitation durable de cette espèce et peuvent entrainer sa disparition. A Mateko, Gnetum africanum ne fait pas partie du régime alimentaire d’une bonne partie de la population locale, une part importante de la production est destinée à la vente. Les femmes (89 %) sont les plus impliquées dans l’exploitation de Gnetum. La demande en G. africanum est élevée en saison sèche. Les piqûres d’insectes et les morsures de serpents constituent les principales contraintes liées à la cueillette de G. africanum. Le revenu mensuel généré par cette activité varie d’un village à l’autre avec une moyenne mensuelle de 27760 ± 6633 Fc. L’importance alimentaire croissante de G. africanum dans les centres urbains et les revenus qu’il apporte aux exploitants entrainent une grande pression sur la ressource. La sensibilisation des ménages sur les pratiques durables de cueillette et la domestication de G. africanum sont parmi les stratégies à mettre en place pour prévenir l’érosion génétique de l’espèce et assurer son exploitation rationnelle.

Mots-clés : Gnetum africanum

Aiko Ikonso Mwengi, Blaise Mpupu, Romain Kawanga, Makila Matondo, Apollinaire Biloso Moyene